Être bénévole en festival

10264830_10152342853519326_1780016327735709919_n

bénévole

                  Salut les copains ! Comme vous l’avez peut-être remarqué ça fait longtemps que je n’ai pas posté de chronique de livre, il y a deux raisons à ça, premièrement je n’ai pas trop de temps, car je fais tout plein de trucs et deuxièmement je me suis juré de ne pas abandonner la lecture de The Mortal Instrument mais j’ai vraiment du mal alors je vais très lentement !

                   Ce week-end j’ai été pour la première fois de ma vie bénévole sur un festival, j’ai nommé les Reperkusound. Ce festival tiens une place très chère dans le coeur de beaucoup de Lyonnais, c’est un peu « The place to be » pour les fans d’électro et les places s’arrachent à tel point que certains sont arrivés à les revendre 80 euros au lieu de 30. Personnellement, je suis plus rock & reggae donc je ne connaissais que deux groupes sur la vingtaine de noms de la programmation. J’ai voulu être bénévole surtout pour l’expérience et je ne suis pas du tout déçue !

               Tout d’abord, petit paragraphe sur le rôle d’un bénévole. Arrivée le premier jour de festival, vendredi, à 17h pour récupérer tout notre attirail t-shirt-badge-bracelet… Chacun est affecté à son poste, ça peut être aussi bien le bar, le déchirage à l’entrée ou comme moi le contrôle d’accès. En gros, je vérifiais les pass des gens qui voulaient passer dans les zones réservés, ce qui est beaucoup moins ennuyant que ce qu’on pourrait penser. Tout d’abord, on ne fait pas ça toute la soirée, il y a des roulements avec une autre équipe pour qu’on puisse se reposer-manger-profiter. Mais alors là se pose un horrible dilemme, le groupe que je veux absolument voir passe pendant mon tour de garde, horreur ? Mais non !!! On est en binôme donc si vous êtes gentil avec lui en le laissant aller voir un concert qu’il veut, il vous rendra le même service !

 

Capture d’écran 2014-04-22 à 15.58.39

 

 

 

  • On se fait tout plein de pote.

             Il y a deux sortes de bénévole j’ai envie de dire, ceux qui viennent pour être avec leurs potes et donc qui vont passer toute la soirée avec eux et ceux qui viennent un peu comme ça sans trop connaître personne, ce qui était un peu mon cas. Mais il n’y a pas de soucis à se faire, tout le monde est super cool, parler à la personne assise à côté de vous et elle deviendra surement votre BFF de festoch’.

  • On découvre plein de nouveaux sons.

            Car oui, au départ j’étais persuadé que je n’allais vraiment pas aimer la musique et puis il s’est passé un truc à un moment pendant que je montais la garde, j’ai commencé à vraiment apprécier la musique à tel point d’appeler mon binôme pour qu’il remplace le temps que j’aille « kiffer un peu le son » dans la foule.

  • On se sent quand même vachement important.

             C’est tout de même un peu la classe de passer là où on veut alors que le reste des festivaliers se font refuser l’entrée. Et puis dans la foule on nous pose tous plein de questions (bon, le plus souvent c’est Où sont les toilettes ?) et on en impose un peu quand on connaît la réponse.

  • On croise des artistes (et quand on est fan, c’est trop cool !).

           Personnellement, comme je ne connaissais presque personne ce n’était pas trop ce qui me faisait rêver mais certains artistes sont vraiment sympa et c’est cool de pouvoir parler avec eux. (Et puis après on peut se la racler un peu donc c’est encore mieux !).

  • On peut danser sur le bar !

         Bon, je ne sais pas si c’est vraiment un avantage, mais pour moi cela a toujours été mon rêve de faire ça (voir la photo principale de l’article). Comme vos potes du bar sont cool et qu’il faut un peu mettre l’ambiance, il n’y a pas de soucis pour esquisser un petit pas de danse en hauteur (cette expression n’est pas bizarre, non, je l’utilise tout le temps).

  • On a nos propres toilettes.

          C’est un détail qui peut sembler insignifiant mais franchement vu l’état de la plupart des toilettes de festival ça ne fait pas de mal de pouvoir aller faire pipi dans un endroit plus ou moins propre où il n’y a pas trois heures de queue.

  • L’espace bénévole, c’est plutôt cool !

       Car oui, un petit canapé entre deux tours de garde, ça fait quand même plaisir quand tu as l’impression d’avoir laissé tes pieds à côté de la scène et que ta tête est partie à des années lumières de là. Il y a aussi des trucs à manger et une petite assiette de lasagne à trois heures du matin peut ressusciter un homme !

  • Bonne ambiance et bonne humeur !

                Pas de prise de tête (ou presque) entre bénévole, la vie est cool et on profite ! Personnellement, je trouve qu’il y a une super ambiance et qu’on ne peut que passer un bon festival ! Alors, pour ceux qui hésitent encore, je pense qu’il ne faut plus se poser de question et se lancer dans la drôle d’aventure des bénévoles en festoch ! (Cependant, je me dois tout de même de vous donner quelques conseils que je trouve vitales !)

Capture d’écran 2014-04-22 à 15.58.44

  • Ta consommation d’alcool tu contrôleras !

                 C’est très tentant de boire quand on ne paye pas la bière, mais un bénévole trop imbibé d’alcool ne sert plus à rien et ça fait vraiment très mauvaise figure ! (Surtout quand tu repeins les toilettes de lasagne). Et puis il y a le risque qu’on ne te reprenne pas les autres années si tu t’es trop laissé aller, alors c’est à voir ! C’est la même chose pour les vilaines drogues mais j’aime bien faire comme si je vivais dans un monde où on peut s’amuser sans se défoncer.

  • Si tu n’es pas sociable, ton festival sera minable !

           Je crois que tout est dit dans la phrase. Si tu as dans l’optique de rester dans ton coin et d’attendre qu’on viennes te parler je pense que tu vas vite t’ennuyer, les gens sont cool, mais il faut quand même aller vers eux. Si tu passes tes trois soirs tout seul à alterner entre garde et sieste tu vas vite en avoir marre. Il ne faut pas non plus être la personne la plus sociable du monde, mais comme je l’ai dit précédemment, entame la discussion avec la personne à côté de toi (et puis s’il ne te répond pas, essaye avec la deuxième personne la plus proche). Salut, tu t’appelles comment ? Ça te dit qu’on aille kiffer le son ? (Simple mais efficace).

  • Ton nom, quelque part, tu marqueras.

             Ça semble bizarre hein ? Mais c’est qu’après à peine une heure on a dû me demander mon nom au moins vingt fois alors j’ai trouvé la solution, j’ai pris un marqueur et je l’ai marqué en gros sur mon t-shirt, comme ça plus de soucis. C’est aussi très pratique quand on te le demande dans la foule, tu as juste à le montrer ce qui t’évitera de te casser la voix à essayer de te faire comprendre. Il y a aussi tellement de monde que j’ai poussé mes équipiers à en faire de même histoire de ne pas leur redemander tout le temps. J’avais aussi pensé à marquer mon âge, ma situation amoureuse et ma situation professionnelle, mais il n’y avait pas assez de place….

  • La journée, tu dormiras.

              C’est le remède miracle pour tenir les trois soirs, si tu as prévu tout un tas de trucs à faire la journée et que tu enchaines toute la nuit, je pense que même le café ne te sauvera pas. Et puis j’ai lu quelque part « Si tu t’endors au reperku, t’es foutu ». Ce n’est pas une légende, tu risques de te retrouver avec plein de trucs dessiner sur la tête, une pyramide d’assiette et de gobelet sur ton crane ou de te réveiller à côté d’une belle plaque de vomi (les bénévoles ont toujours beaucoup d’humour !).

  • Tes engagements tu respecteras !

              Si tu t’es engagés à être présent et à assurer ton poste, il faut le faire, car sinon tu fouteras tout le monde dans la merde ! Puis ce n’est pas non plus l’horreur sur terre donc si tu veux passer une bonne soirée, fais en sorte que tes collègues soient en disposition de te rendre service. (si tu les as plantés sur un tour de garde tu peux être sûr qu’ils te diront d’aller voir ailleurs !).

  • Ton look aucune importance n’aura !

                Non mais sérieusement, tu ne vas pas te mettre sur ton 31 car premièrement on va penser que tu es une personne qui se prend la tête et deuxièmement, car le mantra est le confort. Pour une fille la meilleure solution est de mettre des couches de fringues. J’ai passé trois jours en leggings, short et plusieurs t-shirts. Pourquoi ? Si tu as chaud, tu enlèves, si tu as froid tu en rajoutes. Attention aux courants d’airs qui peuvent te congeler en une moitié de seconde. Et puis il faut aussi penser au retour (souvent à pied), le jogging et le sweat ne seront pas du luxe. Pour les chaussures, une paire de basket qui tient bien au pied, dans laquelle tu te sens bien et à laquelle tu ne tiens pas trop car, quand le sol colle tu peux perdre une chaussure (expérience vécue vendredi soir), tu cours dans tous les sens et même avec tous les efforts du monde tu n’arriveras pas à les épargner d’une giclée de bière. Je crois pouvoir également affirmer que tout le monde s’en fout de ton look donc tu pourras éventuellement ressembler à cette chose :

10001356_10152342853604326_2146243439886991037_n

  • La musique (un peu) tu apprécieras !

              L’électro ce n’est pas vraiment mon truc, mais je trouve qu’il y a des sons qui passent bien en soirée sinon je pense que je n’aurais pas fait bénévole sur ce festival (par exemple, il ne me viendrait même pas à l’idée de me porter volontaire sur un festival de métal). Car même avec tous les efforts du monde tu te retrouveras confronté au son et puis, je pense qu’un bénévole doit quand même montrer qu’il s’éclate un minimum, j’ai tellement dansé qu’en rentrant chez moi j’avais toujours le rythme qui parcourait mon corps.

  • Te prendre la tête, tu ne devras pas !

          Contrairement à ce qu’on pourrait croire en me lisant, il y a aussi des gens désagréables qui te regarderont de hauts ou qui essaieront de te chercher des noises. Même si je m’étonne moi-même en disant ça, il faut tout simplement les ignorer sinon ça va gâcher ta soirée pour rien. Des gens cons, il y en a partout et comme dis ma maman « Si t’as pas croisé trois cons dans la journée c’est que ta journée n’est pas finie ».

Capture d’écran 2014-04-22 à 16.42.29

Parov Stelar Band ; Vandal ; Kanka ; Soom T ; Worakls ; Klangkarussel ; Klingande

 

Je pense que c’est tout pour aujourd’hui, n’hésitez pas à partager vos expériences de festival (bénévoles ou non), je pense sérieusement à faire un petit topito des gens croisés, car j’en ai vu des très drôles ! En tout cas, j’ai passé un superbe week-end donc merci à tout le monde et j’hésiterais à réitérer l’expérience l’année prochaine ! En ce qui me concerne, on se retrouve aux Nuits Sonores !

PS : Comme vous l’avez compris, j’ai eu un week-end plutôt chargé donc je répondrais à vos mails/mp/commentaires dans la semaine! DES BISOUS!

Publicités

5 réponses à “Être bénévole en festival

  1. salut, ca fait un petit moment que je veux tenter l’experience de benevole au reperku (d’ailleurs ton article le confirme 😉 mais je ne trouve pas comment m’y inscrire :(( help meeeee please!

    • Salut! tu peux trouver un formulaire d’inscription sur le site officiel des reperkus! Fais moi signe si tu ne trouves pas je t’enverrais le lien 🙂 On se voit peut-être la-bas alors! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s